A la faculté de médecine de Montréal, on forme (aussi) à l’humanisme

  • Benoît Thelliez

  • JIM Actualités métier
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Paris, le lundi 16 avril 2018 - Les facultés de médecine du Canada anglais ont depuis plusieurs décennies déjà intégré en leur sein des représentants des sciences humaines et sociales pour coordonner des programmes d'humanités médicales (medical humanities) destinés à étoffer la formation des futurs médecins. L'objectif, résume Alexandre Klein, historien et philosophe des sciences à l'Université Laval (Québec) qui s'est exprimé sur ces questions le 22 mars dans les colonnes du quotidien Le Devoir, est de « former des médecins à porter un regard différent sur leurs valeurs et leur pratique » et « leur permettre d'être, à terme, plus ouverts sur la société à laquelle ils participent, plus à l'écoute de leurs patientes et patients, et plus engagés dans une prise en charge interprofessionnelle de la santé ».

Selon lui, « cette ouverture au dialogue interdisciplinaire et aux enjeux sociaux, culturels et politiques qu'impliquent les humanités médicales remet en question le fonctionnement traditionnel, historiquement monopolistique et corporatiste du corps médical et de sa formation ». Aux États-Unis, les programmes dits de medical humanities sont d'ailleurs en train de devenir un enjeu concurrentiel entre les différentes facultés de médecine qui mettent de plus en plus l'accent sur ce volet de la formation pour attirer une nouvelle génération d'étudiants et de chercheurs qui souhaitent désormais se départir d'un enseignement uniquement technico-scientifique.

Des patients enseignants

qui participent à la formation des médecins, précisément dans des dimensions tels l'accompagnement et l'écoute des personnes souffrantesde vrais problèmes de santé

pour préparer les médecins et autres professionnels de la santé à travailler en partenariatdes acteurs engagés envers leurs patients, leurs collègues des autres professions du domaine de la santé et des services sociaux, les familles et la communauté dans son sens le plus large