5e journée de pharmacologie des anti-tumoraux : Thérapies ciblées orales en vie réelle, quels enjeux et écueils en pratique clinique quotidienne ?

  • Bull Cancer

  • Par Laurence Rous
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Contexte

  • Le GPCO de la Fédération des Centres de lutte contre le cancer a pour mission d’optimiser l’utilisation des thérapeutiques anticancéreuses.
  • Depuis les années 2000, les thérapies ciblées constituent une nouvelle classe thérapeutique antitumorale et le nombre de molécules disponibles ne cesse d’augmenter.
  • Outre leur mode d’action, ces thérapies se distinguent des anticancéreux cytotoxiques par leur pharmacocinétique et leur voie d’administration, orale dans 75% des cas.
  • Les essais cliniques démontrant leur efficacité et leur tolérance, et permettant de définir la dose (généralement unique) ont été conduits sur des populations sélectionnées.

A retenir

  • En pratique clinique, les patients sont hétérogènes (âge, cancer…), souvent « hors normes » (obésité, sarcopénie…), souffrent de comorbidités (insuffisance hépatique ou rénale), et pour beaucoup prennent des médicaments y compris de médecines complémentaires (40%), souvent sans en parler à leur médecin.
  • Les thérapies ciblées administrées par voie orale à dose unique ont une plus grande variabilité pharmacocinétique inter- et intra-individuelle et un index thérapeutique plus étroit que les cytotoxiques ; leur métabolisme dépend généralement du cytochrome CYP-3A4, augmentant le risque d’interactions médicamenteuses.
  • La voie orale soulève la question de l’observance.
  • Un suivi thérapeutique pharmacologique intégrant une évaluation du risque pour identifier les facteurs de vulnérabilité et adapter le traitement, un bilan médicamenteux pour éviter les interactions médicamenteuses à l’initiation du traitement, puis un suivi de l’efficacité et de la toxicité et une évaluation de l’observance thérapeutique en cours de traitement devraient garantir une meilleure efficacité et une moindre toxicité.
  • Des exemples et outils pour évaluer les risques d’interactions avec les médicaments de médecines complémentaires ou mesurer l’observance sont présentés.