20% des patients admis à l’hôpital pour SCA ST+ ont 75 ans et plus : quelles sont leurs caractéristiques ?


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

De nombreux paramètres influencent la mortalité au décours d’un syndrome coronaire aigu avec sus-décalage ST (SCA ST+). Les résultats de cette étude française, menée à l’hôpital Cochin (Paris), montrent des différences de prise en charge entre les sujets

  • Le délai de prise en charge (entre les premiers symptômes et la reperfusion myocardique) était significativement plus important (7,39 vs 4,77 heures, p=0,0391) chez les plus âgés, probablement par retard au diagnostic du fait de la présence de formes plus souvent atypiques chez ces individus. Cela n’impactait pas pour autant la durée d’hospitalisation qui était similaire dans les deux groupes.
  • L’aspirine et l’héparinothérapie étaient délivrées de manière équivalente quel que soit le groupe d’âge, en revanche, les plus âgés recevaient plus souvent du clopidogrel et les plus jeunes du prasugrel ou du ticagrélor et un anti-GP2B3A.
  • La voie radiale fortement recommandée en cas de coronarographie était majoritairement utilisée dans les deux groupes d’âges, mais le recours à la voie fémorale plus fréquent chez les plus âgés. 
  • Les sujets âgés avaient globalement une présentation plus sévère (nombre de lésions coronaires plus important, hémoglobine plus basse, fonction rénale plus altérée, FEVG plus basse) que les plus jeunes, ce qui peut en partie expliquer le pronostic plus défavorable chez les plus âgés. 

Résultats complémentaires

Quel que soit le groupe d’âges (vs 57,6%, pvs 35,9%, pvs 79,83 micromol/L, p=0,0013). En revanche, les sujets âgés étaient moins souvent fumeurs (37,4% vs 73,7%, pvs 22,6%, p=0,0191), et avaient un taux d’hémoglobine significativement plus bas (12,74 vs 14,12 g/dL, p

Si aucun patient n’a été thrombolysé, la quasi totalité a reçu une dose de charge d’aspirine (98,9% chez les ≥75 ans et 100% chez les nd antiagrégant antiplaquettaire était en faveur du clopidogrel pour les ≥75 ans (55,6% vs 24,8%, pvs 9,1%, pvs 30,3%, pvs 23,2%, p

La mortalité intrahospitalière, les évènements hémorragiques, le choc cardiotonique et la thrombose de stent dans le mois suivant la revascularisation n’étaient pas différents entre les deux groupes. En revanche, la FEVG était significativement plus basse chez les ≥75 ans.

Principales limitations

Étude rétrospective, descriptive, monocentrique et de petite taille. Aucun lien de causalité ne peut être affirmé.