15,1 millions de nouvelles infections au virus de l’hépatite C pourraient être évitées


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un ensemble complet d’interventions de prévention, de dépistage et de traitement pourrait permettre d’éviter 15,1 millions de nouvelles infections au virus de l’hépatite C (VHC) et aboutir à 1,5 million de décès en moins dans le monde d’ici 2030, soit une réduction de 80 % de l’incidence et une réduction de 60 % de la mortalité, par rapport à 2015, selon une recherche publiée dans la revue The Lancet.

Les chercheurs ont développé un modèle de transmission de l’épidémie mondiale du VHC, étalonné sur 190 pays. L’étude, la première du genre, a découvert que si les tendances actuelles venaient à se poursuivre, le nombre estimé de personnes vivant avec le VHC diminuera progressivement pour atteindre 58 millions en 2050, mais que ce nombre pourrait augmenter d’ici la fin du siècle. Les résultats se dégraderont si l’accès aux traitements par antiviraux à action directe (AAD) ne s’améliore pas.

Des interventions qui réduisent le risque de transmission dans la population générale de 80 % et l’accroissement des services de réduction des effets nocifs pour toucher 40 % des usagers de drogues par injection (UDI) pourraient éviter 14,1 millions de nouvelles infections. Le fait de proposer des AAD au moment du diagnostic dans l’ensemble des pays pourrait permettre d’éviter 640 000 décès causés par une cirrhose et un cancer du foie.

En combinant des mesures de sécurité transfusionnelle et de lutte anti-infectieuse, la réduction des effets nocifs pour les UDI, la mise à disposition d’AAD au moment du diagnostic et le dépistage de proximité, il serait possible d’obtenir les plus fortes réductions et d’éviter 15,1 millions de nouvelles infections et 1,5 million de décès dans le monde d’ici 2030.