10 principaux domaines de surmédicalisation en médecine pédiatrique ont été mis en lumière

  • Money NM & al.
  • JAMA Pediatr
  • 3 févr. 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Ces auteurs ont examiné 10 articles clés, qui mettent en évidence les dangers de la surmédicalisation en médecine pédiatrique.
  • Les domaines comprennent l’utilisation de probiotiques pour le traitement de la gastroentérite, le surdiagnostic du trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) et la prophylaxie par antibiotiques pour l’infection des voies urinaires (IVU).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs affirment qu’il est nécessaire d’éviter ces pratiques pour prévenir des séquelles évitables.
  • Ils affirment que les 10 articles passés en revue devraient « tempérer l’enthousiasme porté à ces interventions ».

Principaux résultats

  • Les auteurs ont identifié 10 articles reflétant les préjudices les plus importants provenant de pratiques établies et émergentes en médecine pédiatrique. Parmi ces pratiques figurent :
    • l’établissement d’un diagnostic de TDAH pour ce qui relève « probablement » d’une variation normale du développement ;
    • la conduite de visites à domicile dirigées par le personnel infirmier à la suite d’une sortie de l’hôpital, lesquelles sont associées à une amélioration limitée des résultats ;
    • la réalisation d’un dépistage cardiaque pour participer à une activité sportive ;
    • l’utilisation de probiotiques pour le traitement de la gastroentérite aiguë, qui ne présente aucun bénéfice et « peut causer des préjudices », selon les auteurs ;
    • la prophylaxie par antibiotiques pour les IVU, qui n’entraîne qu’un bénéfice modeste avec un risque d’infection par des organismes multirésistants ;
    • la fermeture pharmacologique pour la persistance du canal artériel chez les nourrissons prématurés, qui n’apporte qu’un faible bénéfice, par rapport à l’attente vigilante.

Protocole de l’étude

  • Les auteurs ont sélectionné des articles sur la base des scores de qualité, de l’ampleur des préjudices potentiels et du nombre patients susceptibles d’être affectés.
  • Financement : Financements spécifiques aux auteurs.

Limites

  • Analyse rédigée sur la base des études sélectionnées.