Pilules estroprogestatives : privilégier la 2ème génération faiblement dosée en estrogènes

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

En 2012, l’ANSM a initié un plan d’actions sur les contraceptifs oraux combinés (COC), en raison du risque de thrombose veineuse plus important avec les COC de 3ème et 4ème génération qu’avec ceux de 1ère et 2ème génération. Depuis, on constate une constante augmentation des parts de marché des COC de 1ère et 2ème génération. Ainsi, pour l’année 2015, les parts de marché respectives des COC de 1ère et 2ème génération par rapport à ceux de 3ème et 4ème génération étaient de 79% versus 21% contre 52% versus 48% en 2012.

Une étude publiée en 2016 a confirmé que les pilules dites de 2ème génération contenant du lévonorgestrel présentent un risque de thrombose veineuse deux fois plus faible par rapport aux pilules dites de 3ème génération contenant du gestodène ou du désogestrel. Cette étude montre également que les contraceptifs estroprogestatifs contenant du lévonorgestrel et une dose faible d’estrogène (20 µg) sont associés à un moindre risque d’embolie pulmonaire, d’infarctus du myocarde et d’AVC comparés aux COC dosés à 30-40 ug d’estrogèn...