Quelle prévention secondaire après un infarctus du myocarde ?

Etienne PUYMIRAT
Cardiologue, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Depuis 20 ans, la mortalité après un infarctus du myocarde a fortement diminué. Des progrès considérables ont été réalisées en terme de prévention secondaire, qui repose sur l’éducation des patients et la prescription de traitements. Ce module permet de faire le point d’une part, sur les modifications du mode de vie et d’autre part, sur les dernières recommandations concernant les thérapeutiques : antiagrégants plaquettaires, hypolipémiants, inhibiteurs des SGLT2.