• Les médecins sont invités à encourager le dépistage du VIH et de l’hépatite à l’occasion de la semaine européenne du dépistage de printemps
    Les médecins sont invités à encourager le dépistage du VIH et de l’hépatite à l’occasion de la semaine européenne du dépistage de printemps

    Soutenue par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, la présente édition vise à intensifier les efforts de dépistage en contexte carcéral.

  • Immunisation à administration prolongée : une stratégie alternative possible de vaccination contre le VIH

    Une approche pluridisciplinaire montre que l’immunisation à administration prolongée améliore les réactions des anticorps neutralisants et des centres germinatifs comparativement aux stratégies conventionnelles dans la réponse à l’immunisation par protéine Env du VIH chez les singes

  • Les personnes vivant avec le VIH accepteront-elles un futur vaccin thérapeutique ?

    Étant donné l’ampleur de la défiance vis-à-vis des vaccins en France, l’acceptabilité d’un futur vaccin thérapeutique se pose. Une étude multicentrique menée auprès de 220 patients apporte des éléments de réponse…

  • Une analyse combinée montre la sécurité rénale du ténofovir alafénamide

    Selon une analyse des données combinées de 26 études cliniques, le profil de biomarqueurs rénaux favorable du ténofovir alafénamide par rapport au fumarate de ténofovir disoproxil, observé dans les différents essais, se traduit par un taux inférieur d’événements rénaux cliniquement significatifs chez les personnes infectées par le VIH

  • Un médecin traitant informé de l’orientation sexuelle offre une prise en charge plus adaptée

    Selon une étude menée auprès d’hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), ceux dont le médecin traitant connaissait l’orientation sexuelle bénéficiaient d’une meilleure prise en charge concernant le risque infectieux. Un résultat qui invite à aborder plus souvent le sujet de la sexualité au cours des consultations.

  • Aucun risque de transmission sexuelle du VIH chez les couples homosexuels sous TAR virosuppresseur

    L’étude PARTNER montre que le risque de transmission sexuelle du VIH chez les couples homosexuels est effectivement nul lorsque la charge virale est supprimée par le traitement antirétroviral chez le partenaire VIH positif, tout comme chez les couples hétérosexuels

  • Pour un repérage systématique de la fragilité des personnes vivant avec le VIH

    Si l’espérance de vie des personnes vivant avec le VIH vieillissantes tend à rejoindre celle de la population générale, la fragilité serait plus précoce. Une synthèse des concepts et des enjeux liés à la question vient de paraître dans Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement.

  • Elévation des enzymes hépatiques chez les femmes enceintes séropositives VIH traitées : quand et pourquoi ?

    Le suivi de plus de 5.700 femmes enceintes françaises infectées par le VIH permet de mieux cerner le phénomène d’élévation des enzymes hépatiques sous traitement antirétroviral.

  • Les anciens combattants infectés par le VIH présentent un risque plus élevé de certains sous-types de cancers de l’œsophage, mais pas de cancer gastrique

    Chez les anciens combattants de sexe masculin, l’infection par le VIH est associée à une augmentation du risque de carcinome épidermoïde de l’œsophage, en particulier en cas de faible numération des CD4, mais pas du risque d’adénocarcinome œsophagien ou de cancer gastrique, après ajustement pour prendre en compte les facteurs de confusion.

  • La prévalence de la dyslipidémie est plus élevée chez les enfants infectés par le VIH qui reçoivent un TARa

    Une étude démontre que la prévalence de la dyslipidémie est élevée chez les enfants éthiopiens infectés par le VIH, grâce à une analyse des données des deux cohortes prospectives pédiatriques EPHIC et EPDOS. Un nombre supérieur d’anomalies lipidiques a été observé chez les enfants recevant un TARa par rapport aux enfants n’ayant jamais reçu de traitement.

  • Le travail du défenseur des droits vis-à-vis du refus de soins

    Jacques Toubon, Défenseur des Droits, évoque les difficultés inhérentes au problème des refus de soins en France dans un récent entretien pour Séronet. Il rappelle les actions mises en œuvre afin de prévenir ces discriminations illégales, auxquelles les personnes vivant avec le VIH peuvent être confrontées.

  • Effet de l’anticorps anti-CD4 UB-421 sur le rebond du VIH-1 après une interruption du traitement
    Effet de l’anticorps anti-CD4 UB-421 sur le rebond du VIH-1 après une interruption du traitement

    Un TAR seul ne permet pas d’éradiquer le VIH en raison de la persistance de réservoirs viraux et un rebond rapide de la virémie plasmatique survient peu après l’arrêt du TAR.

  • Les facteurs sociaux sont des déterminants importants de la suppression virologique du VIH

    Une étude menée dans deux hôpitaux franciliens décrit que le niveau de précarité des patients est un facteur indépendant associé au risque de non-suppression du VIH sous antirétroviraux. Elle incite à développer des interventions sociales adaptées…

  • Le ténofovir diphosphate dans les taches de sang séché prédit la virémie future chez les patients infectés par le VIH

    L’étude montre que les concentrations de ténofovir diphosphate dans les taches de sang séché prédisent la virémie future des personnes vivant avec le VIH, même si elles ne sont pas virémiques, et laisse envisager une utilisation possible comme complément à la charge virale du VIH pour surveiller l’efficacité du traitement antirétroviral.

  • Voir plus